Ceintures de tables de multiplication

Ah l’apprentissage des tables de multiplication, tout un programme !

Dans ma classe, j’essaie que cela ne devienne ni laborieux ni un objectif en soi ni un cauchemar pour les parents. Nous apprenons le sens de la multiplication de façon ludique – il existe de nombreuses méthodes avec des tablettes de chocolat, des logos, des gommettes, des dessins…. J’insiste également sur l’utilité, en particulier au travers des problèmes. Les élèves se rendent compte tout seul que la multiplication va beaucoup plus vite que l’addition réitérée.

Pour l’apprentissage, il doit être progressif. Là aussi, de nombreuses méthodes peuvent être expérimentées. Au CE1 j’ai testé la règle des tables (voir dans matériel), les jeux en autonomie, à deux, sur ordinateur… Et surtout, il faut les réviser un peu tous les jours jusqu’à ce que « ça rentre » !

Pour le fonctionnement général des ceintures, voir l’article http://classestorming.fr/ceintures-d-apprentissage/

Si vous êtes débutant dans l’utilisation des ceintures d’apprentissage, commencer par celles-ci est l’idéal car elles sont vraiment simples et rapides à mettre en place. Vous pouvez également tester les ceintures d’homophones sur le même principe http://classestorming.fr/ceintures-homophones/

Le principe des ceintures de tables

Toute la classe passe la ceinture de table en même temps, mais pas forcément la même couleur ! Tout dépend où en est chacun. Grâce à mon tableau de suivi, je sais à quelle ceinture en est chaque élève.

  • Je distribue donc un petit papier FACE CONTRE LA TABLE de la bonne ceinture à chaque élève. Pour me faciliter la vie et également pour que ce soit plus visuel pour eux, j’imprime mes ceintures sur du papier de la couleur de la ceinture. Concrètement, je dis le nom des élèves qui en sont à la blanche, ils lèvent le doigt et je distribue les blanches, puis pareillement pour les jaunes et ainsi de suite.
  • Je veille à ne pas donner la même feuille aux voisins. C’est pour cela qu’il y a plusieurs tests différents par ceinture.
  • Ils écrivent leur prénom derrière la feuille et bien sûr n’ont pas le droit de la retourner.
  • Je vérifie que tout le monde est prêt (avec son crayon à la main bien sûr pas dans la trousse!) et concentré, puis je préviens que je vais lancer le chronomètre.
  • Au top, ils retournent la feuille et alors je lance le chrono.
  • Au top de fin, ils lèvent le crayon et je ramasse les feuilles.

Je corrige en général en différé même si ça va très vite. Il n’est pas nécessaire d’avoir fait ni réussi tous les calculs. Le nombre de calculs justes demandés pour valider la ceinture est écrit en marge. Cela permet aux élèves de ne pas s’affoler, leur laisse la possibilité de passer un calcul qu’ils trouvent vraiment trop difficile.

Les élèves en difficulté

Certains élèvent ont du mal à avancer dans les ceintures de tables. Il est alors nécessaire de comprendre pourquoi: est-ce un problème d’apprentissage ou un autre problème ?

Si c’est un problème d’apprentissage (il ne connait pas ses tables), je mets en place pour cet élève des ateliers ou des jeux pour l’aider.

Si c’est un problème de lecture / écriture, j’aide cet élève en prenant en charge cet aspect lors du passage de la ceinture: je lui lis le calcul; il me dicte la réponse à écrire… tout en surveillant le chrono ! Si plusieurs élèves sont dans ce cas, et bien ce sera chacun son tour forcément.

Si c’est un problème de confiance: l’élève s’affole parce que c’est un travail chronométré, ou bien c’est un élève qui a du mal à se concentrer ou encore qui manque de dynamisme (par exemple il prend le temps de chercher sa gomme pendant 50 secondes !). Dans ces cas, je reste juste à côté pour l’encourager, le recentrer, lui dire de passer le calcul qui le bloque pour le suivant …

Les fichiers

J’ai créé 2 séries de ceintures de tables de multiplication, la progression est à chaque fois à la fin du fichier. Vous pourrez trouver d’autres ceintures sur le web, j’ai choisi de ne pas multiplier les couleurs. S’ils arrivent vite à la noire, et bien, c’est super c’est qu’ils connaissent leurs tables !

  • Pour les CE1: c’est le début de l’apprentissage des tables. Il vaut mieux aller lentement car au début, même les tables de 0, 1 et 10 ne sont pas évidentes. De nombreux élèves confondent avec l’addition. Quand ils ont compris le principe, les tables de 2 et 5 s’enchaînent assez bien. Ensuite, les tables de 3 et 4 sont un peu plus compliquées et nécessitent de l’entraînement.
  • Pour les CE2 et CM: même si on revoit la notion de multiplication au début du CE2, les tables doivent être de mieux en mieux connues par coeur. Cela me semble indispensable pour avancer dans le calcul posé en particulier, faute de quoi la multiplication posée devient très vite laborieuse. C’est pourquoi ces ceintures demandent de calculer plus de résultats corrects en 1 minute. Et ils y arrivent très bien ! A la fin, j’ai complété avec des divisions.