La correspondance

Personnellement, j’adore faire pratiquer la correspondance par mes élèves et j’ai réussi à le faire tous les ans depuis ces 8 dernières années donc je pense que ça ne pose aucune difficulté majeure.

J’y trouve de nombreux intérêts:

  • Tout d’abord évidemment, la correspondance permet de donner aux élèves un véritable objectif d’écriture avec un lecteur réel ayant, en général, des intérêts communs.
  • Ecrire proprement, lisiblement devient indispensable. Certains élèves se prennent vite au jeu avec des lettres magnifiquement décorées.
  • Quand ils répondent à leurs correspondants, les enfants ont déjà une source d’inspiration puisqu’ils doivent partir de la lettre reçue, répondre à des questions par exemple.
  • On en profite pour faire de la lecture, travailler des points grammaticaux (phrase interrogative, conjugaison…)
  • Suivant le type de correspondance, les élèves peuvent découvrir des lieux, des habitudes, des groupes sociaux, des pays… Mes classes ont correspondu pendant plusieurs années avec une classe du Sénégal dans un échange forcément très riche en connaissances de toutes sortes.
  • Le projet est multidisciplinaire. Ainsi si on veut par exemple expliquer les règles d’un sport ou la géographie de la ville, on est bien obligé de travailler le sujet au préalable.
  • L’implication personnelle et même familiale est forcément forte, ce qui renforce la cohésion, la confiance et l’estime de soi.

Attention par contre à quelques contraintes ou difficultés:

  • La correspondance est un projet prenant et chronophage, qui dure forcément toute l’année. En effet, il n’a d’intérêt que s’il y a plusieurs échanges. Il est assez difficile de faire plus d’un courrier par période. Au début de la période, on a toujours l’impression d’avoir du temps et puis il ne reste déjà plus qu’un semaine et c’est la course.
  • Ainsi c’est un projet qui engendre parfois une forme de stress pour l’enseignant mais aussi pour les élèves.
  • Certains élèves ont du mal à y trouver un intérêt, à écrire à quelqu’un qu’ils ne connaissent pas.
  • Il faut faire preuve d’une certaine organisation, savoir à peu près à l’avance ce que l’on va échanger. On ne peut pas juste dire: « On va écrire une lettre. »
  • Des mises au point en amont sont nécessaires entre les enseignants.
  • Et surtout, surtout, il faut trouver le correspondant !

Quel correspondant ?

Tout dépend de vos opportunités, connaissances, envies, lieu géographique…

  • Une classe dans une autre école assez proche: parce que vous connaissez un/une collègue, parce qu’on vous a mis en relation, parce que vous en avez parlé lors d’une formation… L’idéal est tout de même d’avoir une classe d’un niveau équivalent. J’ai tenté une correspondance de CE1 avec des CM2, c’était plus compliqué surtout quand les CE1 recevaient les lettres des CM2. Si la classe correspondante n’est pas trop loin, on peut organiser une rencontre en cours d’année: une super occasion d’échanges !
  • Une classe plus éloignée avec une ancienne collègue qui a déménagé par exemple. C’est l’occasion de découvrir un autre lieu, un autre environnement … et de garder contact avec son ancienne collègue !
  • Une classe à l’étranger. Evidemment pour des cycles 2 ce devra être une classe francophone mais on peut envisager un échange linguistique avec des anglophones ou germanophones en cycle 3, ou même d’autres langues selon les possibilités des adultes en lien. Trouver de tels correspondants peut se faire grâce à des connaissances dans un autre pays, mais aussi en contactant des associations qui aident des écoles dans des pays où l’éducation est différente de chez nous. Il existe également des forums internet pour mettre des classes en relation. C’est évidemment l’occasion de comparer les système éducatifs, les niveaux de vie, les climats, les coutumes… et même de mettre en place un projet solidaire.
  • Et si on ne trouve pas de classe pourquoi ne pas écrire une ou deux fois dans l’année aux parents par exemple ? Le nouvel an ou la fête des mères sont des très belles occasions de tester la correspondance tout en faisant une belle surprise.

Correspondance de classe ou individuelle ?

Chacune a son intérêt, c’est pourquoi j’ai tendance à allier les deux. A chaque courrier, mes élèves écrivent une lettre à leur correspondant et nous réalisons un envoi collectif pour la classe. Mais vous pouvez faire un autre choix selon vos envies, les échanges envisagés, les caractéristiques des deux classes.

Les correspondants individuels

J’ai déjà parlé des niveaux de classe qui doivent être de préférence proches. Quant aux effectifs, compliqué d’avoir le même. Certains élèves auront forcément plusieurs correspondants. Il vaut alors mieux choisir des élèves performants car ils auront plus de travail. Du côté de la classe à plus fort effectif, on peut former des duos avec un élève en difficulté qui sera aidé par un élève performant. Ils peuvent alors soit rédiger une lettre commune, soit deux.

Si les effectifs sont très différents, ce qui arrive parfois avec des écoles étrangères (mes correspondants sénégalais s’entassaient à 52 tandis que nous étions 30 de moins !), il vaut alors mieux envisager une correspondance de classe.

L’avantage de la correspondance individuelle est que chaque élève écrit et reçoit du courrier qu’il peut donc garder, montrer, emporter chez lui. Par contre cela prend du temps, surtout avec les élèves en difficulté. Et comme je le disais plus haut, certains ont du mal à apprécier soit parce qu’il trouve cette activité compliquée, soit parce que les lettres du correspondant le déçoivent.

La correspondance de classe

Outre le problème des effectifs très différents, la correspondance peut être plus aisée dans les classes de CP et CE1 où la production écrite est encore laborieuse. Les élèves peuvent alors impliquer plutôt dans des projets collectifs avec des parties écrites et des parties illustrées.

Que peut-on envoyer ?

  • Des lettres bien entendu ! Mais avec un thème ou un fil conducteur sinon la plupart des élèves vont se trouver démunis. Il conviendra bien sûr au préalable de définir une lettre, sa structure, son contenu. On pourra commencer par se présenter, poser des questions, parler de son environnement familial, scolaire, urbain, parler de l’école, des ses activités…
  • Des mails si c’est possible pour travailler les TICE.
  • Des cartes individuelles
  • Des petits cadeaux: marque pages, poissons d’avril, dessins …
  • Des affiches collectives sur des thèmes variés
  • Des projets collectifs: conte, recettes de cuisine, comptes-rendus d’activités, journal, poèmes…
  • Des photos, vidéos ou fichiers audio des projets: musique, danse, lecture, …

Voici quelques idées concrètes d’envoi

Se présenter

  • Un lapbook pour se présenter
  • La photo de la classe avec des devinettes pour retrouver chaque personne
  • Des portraits chinois (Si j’étais un animal, je serais…)
  • Des photos de l’école
  • Un plan de l’école (à travailler en mathématiques)
  • Des photos du quartier pour travailler l’environnement proche. Insister sur ce qui est différent de l’autre école (ville/campagne, quartier, région, pays).
  • Une carte, un plan pour situer l’école, la commune.

Montrer le travail fait

  • Fichiers audio des chants appris
  • Photos, des compte-rendues des sorties effectuées
  • Affiche sur un projet en cours
  • Affiches documentaires réalisées en petits groupes de 3/4 élèves
  • Questionnaires genre « Trivial Poursuit » sur les notions apprises
  • Transmettre un poème, un chant ou une histoire inventée par la classe
  • Courtes vidéos en anglais

Pour s’amuser

  • Une règle de jeu existant ou inventé
  • Blagues, des devinettes, des charades, des rébus
  • Jeux inventés par la classe: jeu de plateau, mémory, jeu de 7 familles

Des cadeaux

  • Marques-pages
  • Poissons d’avril
  • Cartes pop-up par exemple pour Pâque ou Noël. Voir cet article.
  • Mini-livres
  • Bien entendu des dessins libres ou issus des travaux en arts visuels
  • Photos mises en scène façon scrapbooking
  • Dessin géant à colorier
Notre coloriage géant « Tintin et le temple du soleil »

Des défis

  • Défis sportifs
  • rallye mathématiques
  • Concours de dictée
  • Rallye vocabulaire
  • Problèmes style Math en vie inspirés de photos prises autour de l’école
  • Défi « écologie » par exemple récupérer le plus de stylos usagés possible pour les recycler
  • Défi « solidaire » pour une association
Du matériel scolaire pour nos correspondants
Joueur de Kora

A l’étranger

  • Des reportages / exposés / affiches sur les coutumes, les vêtements, les métiers, les lieux particuliers
  • Des recettes de cuisine
  • La météo et les saisons, surtout si ce ne sont pas les mêmes
  • Un imagier avec des mots du lexique scolaire ou courant (si la langue est différente)
  • Une journée type à l’école

Organisation pratique

Ca y est, vous avez trouvé votre classe jumelée ! C’est super ! Et maintenant ?

  • D’abord définir avec l’autre enseignant le type de correspondance: mail ou courrier, collective ou individuelle ?
  • Si vous partez sur une correspondance individuelle, définir les binômes ou trinômes. Personnellement j’essaye d’associer des élèves de niveau équivalent (à peu près !) parce que c’est compliqué pour un élève en difficulté de recevoir une très longue lettre et inversement pour un élève performant de recevoir de courtes lettres plus ou moins compréhensibles.
  • Se mettre d’accord sur la fréquence des échanges: au moins un par période sinon la motivation s’essoufflera. Il faudra bien prévenir de tout retard d’envoi, et ne pas envoyer le dernier courrier le 30 juin ! Quelle déception de trouver dans la boîte aux lettres de l’école une grosse enveloppe le 1er jour des vacances !
  • SE renseigner mutuellement sur le niveau de l’école, des élèves, le milieu de vie, les différences … pour se donner déjà des idées.
  • Echanger quelques suggestions d’envoi futur pour ne pas faire la même chose, bien que chaque envoi dépende des idées du moment, des projets à l’école, des évènements extérieurs… Si l’un(e) a un projet conséquent (par exemple défi recyclage sur toute l’année) on en discute.

C’est bon, vous voilà prêt(e) à préparer le premier envoi:

  • Expliquer le principe de la correspondance, bien prévenir les élèves qu’ils ne pourront pas rencontrer leur correspondant, sauf exception super chanceuse !
  • Présenter la classe correspondante, la ville, montrer une carte …
  • Donner à chaque élève le nom de son correspondant s’il y a lieu.
  • Selon le niveau, travailler sur la lettre, les envois postaux, les mails…. en amont.

Qu’est-ce qu’on envoie ? A chaque période je procède de cette façon.

  • J’arrive avec mes idées mais je les garde pour moi au début.
  • Nous faisons un brainstorming en classe: que pourrait-on envoyer ? Je note toutes les idées puis on trie: ce qui est possible ou pas, intéressant, différent des envois précédents…
  • Je ne sors mes idées que si les élèves en manquent ou qu’elles ne me paraissent pas du tout adaptées ou réalisables.
  • Je rappelle aux élèves qu’il faut « répondre » aux correspondants, dans les courriers mais aussi dans les projets. Par exemple s’ils nous ont envoyé un défi, il faut le réaliser.
  • Je préviens la collègue de ce que nous allons faire.

Et c’est parti !! On s’organise, on réfléchit, on écrit, on dessine…. on timbre, on envoie !

Bonne correspondance !

Laisser un commentaire